La décontamination de l’air et des surfaces dans les cabinets

Une idée ancienne

Sensibilisés depuis longtemps par la notion d’aseptie avec le laser Er-YAG, nous avons recherché les meilleures solutions pour répondre au problème de la décontamination de l’air et des surfaces en cabinet dentaire, en prévision notamment de la future obligation de surveillance de la qualité de l’air intérieur (Loi Grenelle 2 applicable au 1er janvier 2023 dans les établissements de Santé).

En collaboration avec un industriel français spécialisé depuis 20 ans dans le traitement de l’air en milieu médical, ainsi qu’un praticien dentaire – chercheur, notre choix s’est dirigé sur 3 technologies fiables, efficaces, simples, économiques et éco-responsables car reproduisant des procédés naturels : la photocatalyse, l’UV-A/ l’UV-C et l’ozone.

A ce jour, notre fabricant est le seul à avoir obtenu les certifications répondant aux normes UNI EN 17141:2021 et UNI EN 17272:2020 (virucides et bactéricides) pour ces technologies. Nos appareils sont donc autorisés à être utilisés en salle blanche pour l’asepsie.

La pandémie de la  COVID-19 a placé la décontamination, plus que jamais, au coeur de vos préoccupations.  Complétées par les gestes barrière, nos solutions sont la réponse idéale aux précautions à prendre dans le cas du Coronavirus, et devraient également être utilisées en permanence pour qui souhaite protéger ses collaborateurs, ses patients et lui-même.

Concernant la COVID-19 et toutes les questions que vous pouvez vous poser à ce sujet, nous vous invitons à consulter les réponses éclairées de notre FAQ, située en bas de page.

Le traitement de l’air et des brumisations par photocatalyse …

Nos systèmes utilisent tout d’abord la technologie de la photocatalyse pour le traitement continu de l’air et des brumisations.

Notre procédé de photocatalyse permet de détruire les bactéries, virus, présents dans les micro-gouttelettes générés par vos instruments lors des traitements et les particules émises par les patients eux-mêmes.

Avec notre technologie, nos stations éliminent à 99,9%, les polluants chimiques et organiques présents dans l’air : pollens, acariens, moisissures, particules fines, composés organiques volatiles (COV : (benzène, formaldéhyde, radon, CO2, NOX… reconnus cancérigènes par l’OMS) et l’air exhalé par les patients.

La photocatalyse a des propriétés asséchantes sur les brumisations présentes dans l’air des cabinets.

L’air, en outre, débarrassé de ses odeurs, redevient ainsi respirable et sain, avec la même sensation de pureté que l’air inspiré dans les montagnes.

L’intérêt de la photocatalyse est bien la destruction, et pas seulement la captation, comme tous les appareils à filtre …

La photocatalyse, c’est quoi ?

La photocatalyse est une technologie d’oxydation par laquelle un catalyseur semi-conducteur ou média (le dioxyde de titane, TiO2 dans notre cas)  est activé par les photons présents dans la lumière ultraviolette (UV).

Sous l’action de l’oxydation, les chaînes moléculaires des polluants, bactéries et virus présents dans l’atmosphère se décomposent et se transforment dès leur passage entre la lumière UV et le média.

Cela aboutit à la minéralisation en molécules stables qui constituent l’air naturel : oxygène (O2), azote (N2), eau (H2O), et dioxyde de carbone (CO2), sans aucun résidu.

Contrairement à d’autres systèmes de photocatalyse dits “léchants”, c’est à dire que les particules polluantes passent en surface du média, notre système de photocatalyse présent dans la gamme RedoxAir est “traversant”. Autrement dit, les particules passent à travers le média, ce qui accentue l’efficacité de la photocatalyse.

Les stations RedoxAir Pro et RedoxAirPrO3 comportent en plus, une lampe UV-C, germicide et dont la puissance, supérieure aux UV-A, renforce l’effet de la catalyse. Une exclusivité Uninovia®.

Cliquer ou toucher pour agrandir

Du charbon actif dans le catalyseur?

Dans le RedoxAir Pro et le RedoxAirPrO3, nous avons ajouté à notre média de photocatalyse, une fine couche de charbon actif.  Sa structure offre l’avantage de présenter une grande surface spécifique et donc un fort pouvoir adsorbant. L’adsorption est un phénomène de surface par lequel des molécules se fixent sur la surface de l’adsorbant par des liaisons faibles.

Le charbon-actif contenu dans le média, auto-régénérant, joue donc un rôle tampon en cas de pic de pollution.
Dans ce cas, il a comme propriété de stocker temporairement ce qui ne peut pas être traité immédiatement par le média. Les polluants sont traités lorsque leur concentration dans l’air redescend.

Grâce au filtre situé à l’entrée de l’air, le média catalyseur n’entre pas en contact avec des particules solides, et ne souffre d’aucune dégradation : il est auto-régénérant.

… mais traiter aussi des surfaces : L’ozone

Nous avons doté le RedoxAir PrO3 d’un générateur d’ozone pour décontaminer, en plus de l’air, toutes les surfaces souillées, les systèmes de climatisation, de VMC, les équipements de décontamination eux-mêmes ainsi que les espaces confinés, inaccessibles à d’autres moyens de décontamination. 

En tant que gaz, il peut pénétrer dans toutes les zones d’une pièce, y compris les fissures, les accessoires, les tissus et les dessous de meubles, beaucoup plus efficacement que les sprays liquides et les aérosols appliqués manuellement.

L’ozone est un composé totalement naturel qui, grâce à son potentiel élevé d’oxydation, élimine les virus, les pollens, et toutes les substances polluantes telles que le formaldéhyde ou le benzène (COV)… 

Le traitement à l’ozone n’est efficace que s’il respecte une concentration et un temps d’exposition proportionnels aux surfaces à traiter. Nos protocoles sont donc à adaptater en fonction de chaque situation.

Au cours du protocole de décontamination du cabinet, l’ozone (O3), gaz très instable, revient à son état d’origine (O2) progressivement, en une demie-vie d’environ 20 mn (+/- 10 mn selon l’environnement). 

Le traitement par l’ozone est un traitement de choc à utiliser hors présence humaine, dans un local fermé le temps du traitement : la nuit, la pause de midi, après une chirurgie…

 

L’ozone, c’est quoi ?

L’ozone, ou trioxygène, est un gaz naturellement présent dans la stratosphère. Il est très réactionnel, instable et constitué par trois atomes d’oxygène ; sa formule chimique est O3.

Même à très faible concentration, ce gaz revêt une odeur particulière (« ozone » vient du grec « ozein » :  « sentir »). On peut sentir cette odeur typique, dehors lors d’orages avec forte activité électrique ou autrefois en présence de vieux photocopieurs.

L’ozone peut être obtenu artificiellement grâce à une lampe UV, ou bien dans notre cas, une source de très haute tension.

L’action de l’ozone est 52 % plus puissante que celle du chlore.  Il est sûr, car il n’a pas de rémanence et ne laisse aucune trace.

Il est écologique puisque totalement naturel.
Très économique, car il ne nécessite pas d’apports de produits chimiques.

 

Cliquer ou toucher pour agrandir

La gamme de produits

Sous la marque Uninovia®, nous avons créé des stations de décontamination de l’air et des surfaces, qui, grâce à une technologie exclusive, répondent aux besoins d’aseptie des cabinets dentaires.

RedoxAir mini

RedoxAir pro

RedoxAir prO₃

Imaginés, conçus et fabriqués en France 🇫🇷

Nous avons conçu ces appareils de décontamination avec une double préoccupation : celle de préserver l’environnement et maîtriser les coûts globaux sans leur sacrifier votre santé, celle de vos collaborateurs et de vos patients.

Comme ces appareils vont désormais trôner dans vos locaux, et notamment dans des lieux d’accueil et de passage, nous avons eu à coeur de soigner leur esthétique au même titre que leur efficacité et leur robustesse.

Leur blancheur et leur ligne épurée s’accorderont à tout environnement et ils sauront se faire discrets, tout en oeuvrant pour la santé de tous.

A travers l’ensemble de ses dispositifs, Uninovia® propose donc de répondre au problème de la décontamination des cabinets dentaires grâce à un ensemble global de solutions, à individualiser selon la configuration des locaux et équipements de chaque praticien.

Chaque cabinet pourra, mettre en place les protocoles de traitement de l’air et des surfaces adaptés à leurs besoins généraux et spécifiques.

Chaque cabinet étant singulier, chaque solution sera unique.

RedoxAir mini

Pour les petits volumes ou à faible charge polluante

Le RedoxAir mini utilise un système de photocatalyse pour le traitement de l’air ambiant en l’aspirant en continu.

Contrairement à d’autres procédés, le RedoxAir mini ne se contente pas de capter les polluants, il les élimine.

Le RedoxAir mini se destine aux petits volumes ayant une charge polluante, bactérienne et virale moindres (accueil, communs…).

En savoir plus sur le RedoxAir mini

Pour décontaminer l’air

Avec le procédé de photocatalyse, le RedoxAir mini élimine à 99,9% les polluants chimiques et organiques présents dans l’air : virus, bactéries, pollens, acariens, moisissures, particules fines, composés organiques volatils (COV : benzène, formaldéhyde, radon, CO2, NOX … reconnus cancérigènes par l’OMS) ainsi que l’air exhalé par les patients.

L’air est débarrassé de ses odeurs, et redevient ainsi respirable et sain, avec la même sensation de pureté que l’air inspiré dans les montagnes.

Une technologie économique, naturelle, respectueuse de l’environnement

Le RedoxAir mini est économique compte tenu de sa faible consommation électrique et éco-responsable : il ne nécessite pas d’apports de produits chimiques et répond donc à une démarche écologique puisque totalement naturel.

Seuls sont à remplacer la lampe UV et un filtre papier. Le changement de ces consommables est inclus dans la maintenance annuelle.

Il ne produit ni résidu, ni déchet non recyclable, contrairement aux systèmes de filtration qui utilisent des filtres à charbon.

Caractéristiques techniques

  • Lampe : UV-A / 18 W
  • Média : dioxyde de titane TiO2 auto-régénérant
  • Filtre à particules G4
  • Alimentation et Puissance : 220 V – 27 W
  • Couleurs :  Blanc (Ral 9003)
  • Conception : Tôle époxy
  • Dimensions (H x L x P) : 330 x 150 x 150 mm
  • Poids : 3,5 kg
  • Faible maintenance : 1 fois par an
  • Garantie : 3 ans pièces et main d’œuvre (hors consommables)
  • SAV en France
  • Système breveté certifié AFNOR conforme aux normes NF EN 60335-1, NF EN 13725 Directives 2014/35/EU et 2006/42/CE
  • Tests réalisés conformément aux normes XP-B44-013 et PR NF EN 16846-1
  • Efficacité de la photocatalyse sur les virus, bactéries, moisissures… vérifiée conformément à la norme UNI EN 17141:2021
  • Dispositif répondant aux décrets Français QAI 2015-1926 du 30 décembre 2015 et 2015-1000 du 17 août 2015, portant sur les exigences en matière de qualité de l’air intérieur.
  • Conception et fabrication françaises

Prix public conseillé : 1490 €TTC

Télécharger la documentation

RedoxAir pro

Pour de plus gros volumes ou à forte charge polluante

Le RedoxAir pro utilise un système de photocatalyse pour le traitement de l’air ambiant en l’aspirant en continu.

Contrairement à d’autres procédés, le RedoxAir pro ne se contente pas de capter les polluants, il les élimine.

Le RedoxAir pro est destiné aux volumes importants et à forte charge polluante, bactérienne et virale comme les salles d’attente, le cabinet, le bloc….

Utilisation de RedoxAir pro

Pour décontaminer l’air

Avec le procédé de photocatalyse, le RedoxAir pro élimine à 99,9% les polluants chimiques et organiques présents dans l’air : virus, bactéries, pollens, acariens, moisissures, particules fines, composés organiques volatils (COV : benzène, formaldéhyde, radon, CO2, NOX … reconnus cancérigènes par l’OMS) ainsi que l’air exhalé par les patients.

Notre RedoxAir pro comprend une lampe UV-C dont la puissance potentialise le pouvoir de destruction de la photocatalyse.

La photocatalyse présente en outre la propriété de déshumidifier l’air, ce qui présente un atout supplémentaire car les virus ont besoin d’humidité et cela permet d’assécher, lors de vos soins, les gouttelettes les plus volatiles.

L’air est débarrassé de ses odeurs, et redevient ainsi respirable et sain, avec la même sensation de pureté que l’air inspiré dans les montagnes.

Le RedoxAir pro propose 2 vitesses : 110 m3/h et 190 m3/h qui correspondent à deux capacités de traitement de l’air, adaptables selon les besoins.

Une technologie économique, naturelle, respectueuse de l’environnement

Le RedoxAir pro est économique compte tenu de sa faible consommation électrique et éco-responsable : il ne nécessite pas d’apport de produits chimiques et répond donc à une démarche écologique puisque totalement naturel.

Seuls sont à remplacer la lampe UV et un filtre papier…  Le changement de ces consommables est inclus dans la maintenance annuelle.

Il ne produit ni résidu, ni déchet non recyclable, contrairement aux systèmes de filtration qui utilisent des filtres à charbon.

Caractéristiques techniques

  • 2 vitesses de ventilation : 110 m3/h – 190 m3/h.
  • Lampe : UV-C / 55W
  • Media : charbon actif + dioxyde de titane TiO2 auto-régénérant
  • Filtre à particules F7
  • Alimentation et Puissance : 220 V – 80 W
  • Couleur : Blanc (Ral 9003)
  • Conception : Tôle époxy
  • Mobile : Équipé de roulettes
  • Faible maintenance : 1 fois par an
  • Garantie : 3 ans pièces et main d’œuvre (hors consommables)
  • SAV en France.
  • Système breveté certifié AFNOR conforme aux normes NF EN 60335-1, NF EN 13725 Directives 2014/35/EU et 2006/42/CE
  • Tests réalisés conformément aux normes XP-B44-013 et PR NF EN 16846-1
  • Efficacité de la photocatalyse sur les virus, bactéries, moisissures… vérifiée conformément à la norme UNI EN 17141:2021
  • Dispositif répondant aux décrets Français QAI 2015-1926 du 30 décembre 2015 et 2015-1000 du 17 août 2015, portant sur les exigences en matière de qualité de l’air intérieur.
  • Conception et fabrication françaises

Prix public conseillé : 2990 €TTC

Télécharger la documentation

RedoxAir prO₃

Pour de gros volumes et les surfaces chargés en polluants

RedoxAir PrO3 combine deux technologies complémentaires : un système de photocatalyse pour le traitement de l’air en continu auquel on a adjoint un générateur d’ozone ultra-puissant pour décontaminer l’air et les surfaces.
Ces deux technologies peuvent fonctionner indépendamment ou simultanément selon la nature du traitement : air ou air et surfaces.

Contrairement à d’autres procédés, le RedoxAir PrO3 ne se contente pas de capter les polluants, il les élimine.

Le RedoxAir PrO3 est destiné aux volumes importants comme les salles d’attente, le cabinet, le bloc…)

En savoir plus sur le RedoxAir prO₃

Pour décontaminer l’air

Avec le procédé de photocatalyse, le RedoxAir prO3 élimine à 99,9% les polluants chimiques et organiques présents dans l’air : virus, bactéries, pollens, acariens, moisissures, particules fines, composés organiques volatils (COV : benzène, formaldéhyde, radon, CO2, NOX … reconnus cancérigènes par l’OMS) ainsi que l’air exhalé par les patients.

Exclusivité Uninovia®, notre RedoxAir prO3 comprend une lampe UV-C dont la puissance potentialise le pouvoir de destruction de la photocatalyse.

La photocatalyse présente en outre la propriété de déshumidifier l’air, ce qui présente un atout supplémentaire car les virus ont besoin d’humidité et cela permet d’assécher, lors de vos soins, les gouttelettes les plus volatiles.

L’air est débarrassé de ses odeurs, et redevient ainsi respirable et sain, avec la même sensation de pureté que l’air inspiré dans les montagnes.

Pour la photocatalyse, le RedoxAir prO3  propose 2 vitesses : 110 m3/h et 190 m3/h qui correspondent à deux capacités de traitement de l’air, adaptables selon les besoins.

… mais aussi les surfaces

Nous avons doté le RedoxAir PrO3 d’un générateur d’ozone pour décontaminer, en plus de l’air, les surfaces souillées, les climatisations, la VMC, les équipements de décontamination eux-mêmes ainsi que les espaces confinés, inaccessibles à d’autres moyens de décontamination.

Notre générateur d’ozone (O3), ultra puissant, est capable de produire 20 g ou 40 g /heure, en fonction de la dimension des volumes à traiter : il permet de décontaminer simultanément l’air et les surfaces souillées en un temps record.
Sa puissance génère une quantité d’ozone comprise entre 25 et 50 ppm qui permet de raccourcir les temps de traitement et de l’utiliser comme traitement de choc.

Le traitement à l’ozone n’est efficace que s’il respecte une concentration et un temps d’exposition proportionnels aux surfaces à traiter. Nos protocoles sont donc à adapter en fonction de chaque situation.

Le traitement par l’ozone est à utiliser hors présence humaine ou animale, dans un local fermé durant le traitement lancé par une minuterie : la nuit, le midi-deux, après une chirurgie…

La synergie de 2 technologies économiques, naturelles, respectueuses de l’environnement

La combinaison photocatalyseozone optimise l’effet de chacune des technologies : tout d’abord, les particules d’ozone sont un activateur de la photocatalyse, et la photocatalyse, à son tour, permet de résorber l’hyper-oxydation de l’ozone plus rapidement, garantissant ainsi l’innocuité de la pièce, pour un retour de la présence humaine, dès le traitement fini.

Le RedoxAir prO3 est économique compte tenu de sa faible consommation électrique, et éco-responsable : il ne nécessite pas d’apport de produits chimiques et répond donc à une démarche écologique puisque totalement naturel.

Seuls sont à remplacer la lampe UV et un filtre papier.  Le changement de ces consommables est inclus dans la maintenance annuelle.

Il ne produit ni résidu, ni déchet non recyclable, contrairement aux systèmes de filtration qui utilisent des filtres à charbon.

 

 

Caractéristiques techniques

  • Alimentation et Puissance : 220 V – 80 W / 125 W
  • Couleur : Blanc (Ral 9003)
  • Conception : Tôle époxy
  • Dimensions (H x L x P) : 994 x 504 x 410 mm
  • Poids : 13 kg
  • Mobile : Équipé de roulettes
  • Faible maintenance : 1 fois par an
  • Garantie : 3 ans pièces et main d’œuvre (hors consommables)
  • SAV en France
  • Système breveté certifié AFNOR conforme aux normes NF EN 60335-1, NF EN 13725 Directives 2014/35/EU et 2006/42/CE
  • Tests réalisés conformément aux normes XP-B44-013 et PR NF EN 16846-1
  • Efficacité de la photocatalyse sur les virus, bactéries, moisissures… vérifiée conformément à la norme UNI EN 17141:2021
  • Efficacité de la technologie ozone sur les virus, bactéries, moisissures… vérifiée conformément à la norme UNI EN 17272:2020
  • Dispositif répondant aux décrets Français QAI 2015-1926 du 30 décembre 2015 et 2015-1000 du 17 août 2015, portant sur les exigences en matière de qualité de l’air intérieur
  • Conception et fabrication françaises

 

Photocatalyse

  • Débit d’air : 110 m3/h – 190 m3/h.
  • Lampe : UV-C / 55W
  • Média : charbon actif + dioxyde de titane (TiO2/) auto-régénérant
  • Filtre à particules F7

Génération d’Ozone

  • Débit d’air : 200 m3/h
  • Minuterie : Avec programmateur

Prix public conseillé : 4490 €TTC

Télécharger la documentation

Foire Aux Questions

Les UV-C

Q : Est-ce-que les UV-C sont décontaminants ?

Oui à condition d’exposer les germes et les virus à une quantité d’énergie suffisante pour les dégrader.

Concernant la Covid-19, il faut donc une énergie minimale 69 joules par m2 et par seconde. C’est à cette seule condition qu’on aura un effet bactéricide.

Donc aucun système présent sur le marché ne comprend de ventilation forcée qui permet de travailler dans ces niveaux d’énergie. Il faut savoir de surcroit que le rayonnement UV-C baisse selon la moitié du carré de la distance ce qui signifie que son efficacité diminue de manière exponentielle avec l’éloignement.

De plus, les rayonnements d’UV-C sont nocifs pour les yeux et la peau et qu’ils n’agissent pas où il y a de l’ombre.

Q : Les UV-C sont ils dangereux ?

On dit couramment qu’être exposé aux rayonnements des UV-C est néfaste pour l’être vivant.

Son principal danger, dans le cas de traitement de l’air, est que si la dose minimale (69 joules/m2/seconde) n’est pas respectée alors il se passe le contraire de l’effet désiré. C’est-à-dire qu’au lieu de détruire, on potentialise.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle on utilise le rayonnement des UV-C dans les serres pour favoriser la croissance des végétaux.

Q : A quoi servent les UV-C dans votre système ?

L’UV-C est là pour potentialiser les effets de la photocatalyse et favoriser l’oxydo-réduction.

Notre lampe UV multiplie par 100 la surface de l’élément carbone présent dans notre média.

Il permet donc de jouer son rôle de tampon en attendant que le dioxyde de titane fasse son effet.

Q : Même si j’ai traité l’air et les surfaces toute la nuit avec l’ozone, à chaque fois qu’un patient entre, il arrive avec ses polluants (bactéries…) ? Est-ce que le traitement de l’air est suffisant la journée ?

L’idée générale est la diminution de la charge bactérienne et virale afin d’éviter les pics de pollution. C’est pourquoi il est nécessaire de traiter l’air en continu toute la journée.

La présence de nos appareils n’empêche pas le port des équipements de protection individuels ainsi que les gestes barrière élémentaires, tels que le lavage des mains et l’application de gel hydro alcoolique pour vos visiteurs.

NB : A tout moment, on peut refaire un traitement choc des locaux (bloc, stérilisation…) dès lors qu’il n’y a pas de présence humaine (pause du midi, après la fermeture)

Les infox

Q : On me dit qu'ouvrir les fenêtres est suffisant pour renouveler l'air et évacuer les polluants. C'est vrai ?

Ouvrir les fenêtres est important mais tout dépend de là où se situe votre cabinet. S’il est en pleine ville, vous risquez de faire rentrer beaucoup de polluants. De plus, en cas de pluie, vous faites rentrer de l’humidité ; or bactéries comme virus ont besoin d’humidité pour se développer.

Notre système de photocatalyse a des propriétés asséchantes qui pourront répondre à cet éventuel problème d’humidité.

Cette propriété asséchante a d’ailleurs un intérêt capital sur les brumisations générées par les soins : elles vont se décomposer en s’évaporant.

Q : J’ai entendu parler de résidus liés à la photocatalyse. Il parait que c’est plus nocif que ce que l’on traite. C’est vrai ?

Non, il n’y a aucune création de sous-produits de dégradation.

De plus, notre média de photocatalyse “traversant”, qui comprend du dioxyde de titane ne subit, lui non plus, aucune décomposition.

Q : Il parait que le dioxyde de titane se dégrade. C’est vrai ?

C’est absolument faux.

Le dioxyde de titane intégré dans le média ne se dégrade pas. Il est compact et inerte.

Q : Mon technicien climatisation m’a dit qu’il fallait installer un filtre sur mon système de climatisation et que c’est suffisant pour traiter l’air. Est-ce vrai ?

Comme tous les filtres, l’inconvénient est qu’ils captent mais ne détruisent pas les polluants, les bactéries, les virus… Il faut les changer régulièrement pour éviter qu’ils deviennent des nids bactériologiques. Le coût de ces filtres à charbon est également important et il n’existe pas de filière de recyclage.

De plus, les systèmes de climatisation sont souvent installés proche du plafond or les particules sont plus lourdes et ont donc tendance à descendre. C’est pour cela que notre système est plus proche du sol.

L’avantage avec nos appareils RedoxAir, c’est qu’il traitent l’air ambiant en continu et ne nécessitent pas de consommables. L’air qui rentre dans les conduits de la climatisation est débarrassé de ses polluants dès l’entrée, donc à la sortie aussi.

Enfin, avec le RedoxAir PrO3, avec lequel vous réaliserez un traitement chaque nuit, voire également en journée, tout votre système de climatisation sera décontaminé. En effet, sous sa forme gazeuse, il a un pouvoir pénétrant important et éradique les contaminants dans les endroits les plus inaccessibles des pièces : fissures, recoins, tubulures…

 

La gamme RedoxAir et mes besoins

Q : Comment définir mes besoins ?

Seule une étude détaillée pourra répondre à cette question.

Pour répondre à cette question, nos collaborateurs auront besoin des éléments suivants : plans du cabinet avec la superficie et la hauteur de plafond, le nombre de personnes présentes dans les locaux, le système de climatisation et de chauffage utilisé, une photo de chaque pièce et l’activité réalisée dans chaque espace (soins, chirurgie, endo, paro…).

Aucune solution sérieuse ne pourra vous être fournie sans ces éléments. Nous contacter.

Q : Quelles sont les pièces du cabinet qu’il faut traiter ?

L’ensemble du cabinet est à considérer et on adapte le type d’appareils (on en a plusieurs dans notre gamme) et le protocole de traitement de l’air et des surfaces en fonction de la configuration et l’activité du cabinet.

Q : Où faut-il que je place mes appareils ?

En journée, hors période de soin sur le patient, pour le RedoxAir Pro ou RedoxAir Pro3, il convient de le laisser sur la petite vitesse : 110 m3 au centre de la pièce que vous voulez traiter.

Lors du soin du patient, vous rapprochez l’appareil du patient avec une vitesse poussée à 190 m3/h.

Les RedoxAir mini, quant à eux, sont calibrés pour traiter les espaces où les sources de contamination sont plus faibles : accueil, communs.

Q : Quelle est la principale spécificité de votre système de photocatalyse ?

Notre système est le seul à utiliser la technologie du média “traversant”. C’est-à-dire que le flux d’air passe à travers le média, ce qui augmente son effet et le rend incomparable aux techniques dites de “léchage”. Cet avantage a fait l’objet d’un dépot de brevet.

Q : Comment puis-je me protéger correctement lorsque mon patient est sur le siège en cours de traitement ?

Notre système ne vous dédouane pas des protections habituelles.

Son rôle le plus important est de conserver une charge bactérienne ou virale la plus faible possible, pendant vos soins.

L’aspiration de votre fauteuil récupère près de 80% des brumisations.

Les propriétés desséchantes de la photocatalyse ont ici tout leur intérêt car l’eau contenue dans les micro-gouttelettes les plus volatiles s’évaporera et les particules polluantes seront alors traitées par le RedoxAir Pro ou RedAir PrO3, que vous aurez positionné à côté du patient à la plus grande vitesse.

On évite ainsi la propagation dans l’air de ces particules chargées et leur redéposition.

Q : Quel est le pourcentage d’efficacité de ces machines ?

Si les protocoles d’utilisation sont respectés – ils allient durée et puissance adaptées aux situations – on considère que 99,9% des polluants sont éliminés.

Nos 2 technologies ont passé les tests de conformité aux normes UNI EN 17141:2021 et UNI EN 17272:2020 qui encadrent l’élimination des virus et bactéries.

Nos appareils sont ainsi les seuls à avoir été vérifiés comme efficace en salle blanche pour garantie l’aseptie des locaux

Q : Comment puis-je savoir que la quantité d’ozone résiduelle présente dans le cabinet n’est pas nocive ?

Si les protocoles sont respectés, il n’y a aucun danger.

La mise en route de la photocatalyse après le traitement à l’ozone permet d’accélérer le retour à la normale et dans tous les cas, l’ozone revient de manière naturelle à l’oxygène car il a une durée d’une demie-vie, soit 20 mn (+/- 10 mn selon l’environnement).

Q : Concernant le traitement à l'ozone, est-ce-qu'un RedoxAir PrO3 est suffisant pour traiter tout mon cabinet ?

Nos appareils sont dimensionnés pour une certaine superficie ou un certain volume. Les normes imposent que l’air des cabinets soit renouvelé au moins 3 fois par heure.

Donc il va falloir calculer le volume total que vous voulez traiter à l’ozone et il faudra mettre autant de RedoxAir Pro3 que le volume global nécessite. En effet, le traitement à l’ozone ne sera efficace que si on atteint un certain niveau de concentration (en ppm).

L’équipement de votre cabinet va donc dépendre de sa configuration, sa superficie et de vos pratiques de soin.

Nos équipes sont là pour étudier, avec vous votre situation et vous conseiller. Nous contacter.

Q : Et si je n’achète que le système de traitement de l’air, sans l’ozone ?

Compte-tenu de la faible différence de prix, c’est un non sens de traiter l’air sans les surfaces.

C’est la raison pour laquelle nous proposons cette solution combinée. L’un est complémentaire de l’autre mais cela n’a de sens de traiter l’air que s’il y a une décontamination de toutes les surfaces où se sont déposées les particules polluantes.

La gamme RedoxAir et les concurrents

Q : Quel est l’intérêt de votre technologie par rapport à d’autres existants sur le marché ? Ionisation, plasma, filtration…

Concernant la filtration, entre le coût très important en consommables qu’il faut changer très souvent car il s’agit d’une captation et non d’une élimination, l’impact sur l’environnement en termes de déchets, la question ne se pose pas.

De plus ils ne filtrent pas certains composants chimiques.

S’agissant des systèmes d’ionisation, le problème est qu’ils précipitent une partie des polluants sur les surfaces mais ne détruisent pas les particules ; elles doivent alors être aspirées par un autre moyen, sinon, elles risquent de repartir dans la pièce au moindre courant d’air. Ils ne traitent pas les COV et de plus, peuvent créer une pollution à l’ozone.

L’inconvénient principal de la technologie au Plasma est son coût d’acquisition : issue de la conquête spaciale, elle n’est maîtrisée que par un faible nombre de sociétés qui travaillent à l’échelle industrielle et peu commercialisée de ce fait. Attention, de nombreuses sociétés parlent de “plasma” dans leur nom ou argumentaire. Il ne s’agit aucunement de cette technologie.

Q : Quelle est la différence avec les systèmes qui utilisent du péroxyde d’hydrogène ?

Tout d’abord, contrairement à l’ozone, le péroxyde d’hydrogène est sous forme liquide, ce qui crée problème car des gouttelettes se redéposent et peut endommager les appareils électroniques, ce qui n’est pas le cas de l’ozone puisque c’est un gaz.

D’autre part, le péroxyde d’hydrogène est coûteux (10 à 15 euros la bombe) et peu respectueux de l’environnement en matière de déchets.
Alors que l’ozone est produit à partir de l’oxygène présent.

A l’issue de la décontamination, il est redécomposé en oxygène, sa forme originale.

Q : Comment se situent vos tarifs par rapport à vos concurrents ?

La gamme de prix est difficilement comparable car aucun système n’a les performances que possèdent les nôtres.

Un de nos plus gros atouts supplémentaires est qu’il n’y a pas de consommable.

Q : En quoi votre système est-il plus éco-responsable que les autres ?

Contrairement aux autres systèmes concurrents qui fonctionnent avec des filtres à charbon en plus de filtres HEPA, il n’existe aucune filière de recyclage pour les filtres à charbon.

De plus nos produits fonctionnent SANS consommables, puisque chaque technologie s’appuie sur la nature.